U Cuntrollu, suite et fin
8 septembre 2016
0

La genèse de U Cuntrollu

Le souvenir des nos voyages Laurent Coltelloni, co-scénariste, et moi, pour aller tous les matins et tous les soirs au collège, lui en car à Ajaccio, moi en train de Tassin à Lyon Saint-Paul, nous a donné le point de départ de ce court-métrage. La quotidienneté des arrêts, les gestes et les places attribuées par des années de pratiques, nous ne regardions plus le paysage que nous connaissions par cœur, tout se passait à l’intérieur ! Et puis le jeu des plus jeunes d’agacer le chauffeur, d’observer les uns et les autres pour s’en moquer. Et les premiers flirts, le rythme des contrôles et des interrogations.

Comme nous enfants, les six camarades de U Cuntrollu connaissent le timing du trajet, les passages de tunnels, les habitudes et les particularités des voyageurs, mais là où ils deviennent des personnages de fiction, c’est qu’ils connaissent aussi la part de romanesque de tout voyage, ils savent que le train est le lieu des rencontres amoureuses ! Et ils déclenchent la romance possible entre leur professeur et la jeune voyageuse pour parvenir à leurs fins.

U Cuntrollu est un hommage à la créativité, à l’imagination qu’on a quand on est enfant. C’est aussi un hommage à l’esprit de camaraderie, à la certitude qu’en bande, on est les plus forts ; un pour tous, tous pour un !

Le film a été produit avec vigueur par Pascal Albertini de 5o4 productions, pas évident de produire un court-métrage avec 6 enfants dans un train qui roule ! Les Chemins de Fer de la Corse ont rendu le film possible.

Tournage sur le quai

Le casting

Le casting des enfants a été un moment très fort. Avec Laurent Coltelloni et Laura Fourneaux, formidable directrice de casting, nous avons fait une véritable caravane à travers l’île : Ajaccio > Corte > Île Rousse > Bastia > Porto-Vecchio > Ajaccio.

Capture_casting_corse_france3
En général, il faut voir une douzaine d’acteurs par rôle pour faire un bon casting, j’espérais donc voir 80 enfants. Or nous en avons vu 170 ! C’était l’assurance de trouver les bons acteurs.

Ce casting XXL a été aussi très profitable au scénario. Impressionné par les candidates, j’ai féminisé les rôles principaux. J’ai aussi compris l’importance du bilinguisme en Corse, nombre de candidats étant en collège bilingue, Le contrôle est devenu U Cuntrollu.

Trouver Luna Pariggi, qui joue la petite Delphine, a été une aventure en soi : Laura avait obtenu de faire un casting sauvage dans la cour d’une école primaire de Île Rousse ; nous arrivons à l’heure de la récréation, les enfants sortent et immédiatement deux professeurs nous avertissent que nous ne pouvons rester, qu’il faudrait les autorisations de tous les parents de tous les enfants présents dans la cour. En repartant, nous demandons à la jeune femme qui nous avait accueilli, si elle ne connaît pas une élève qui sait embobiner les adultes avec un flot de paroles. Elle répond : Luna.

L’après-midi, Luna se présente au casting avec sa maman et au bout de 22 secondes, nous nous sommes regardés, Laurent, Laura et moi. C’était elle.

Tournage dans le train

Le tournage

Le tournage a été un rêve dans le train qui traverse les montagnes, grâce à une formidable bande de techniciens corses qui se connaissent par cœur et qui, en plus de faire un super boulot, savent faire la blague qu’il faut quand il faut.

Équipe technique

J’ai eu le plaisir de retrouver Jacqueline Corado, après Combien ? et Noël en collants. Elle apporte au rôle de Sonia la douceur teintée d’humour que je recherchais. Travailler avec Catherine Grazziani qui joue Evelyne, a été un vrai plaisir, j’adore les acteurs qui osent et qui proposent, le moment où elle tire les cheveux de Lola a complètement scotché l’équipe ! Catherine, en plus d’être excellente comédienne, dirige le Théâtre Alibi à Bastia. J’ai découvert Jean-Marc Michelangelli dans le rôle du professeur. Toujours juste, il est aussi scénariste et apporte à la réalisation une précieuse précision dramaturgique.

Suivez l’actualité du Cuntrollu sur la page Facebook U Cuntrollu